a) Quand la technologie s'en mêle

Précédent

                                                                       

Mini film réalisé par Manuel Hauss grâce à une tablette graphique et un ordinateur

 

     De nos jours, la plupart des films d'animations, que ce soit en 2D ou en 3D, ne sont plus fait à la main, ou plus qu'une minorité. En effet, de nombreuses technologies se sont développées ces dernières années, comme l'informatique, qui contribuent d'une grand part dans le progrès de l'animation. Pour conséquence, la productivité est beaucoup plus grande et ce dans les deux domaines : on met 6 fois moins de temps pour faire un film en 3D qu'il y a 10 ans, et cela avec un matériel "simpliste" (à l'époque, il fallait des ordinateurs très puissant pour gérer toute l'animation 3D.)

L' animation 2D


     La plus grande part du travail est désormais fait par ordinateur et le plus souvent sans cellulo (même si quelques studios subsistent à l'utiliser). Les crayonnés sont faits à la main puis numérisés par de nombreuses manières (comme le scanner). Les décors sont aussi faits à la main puis numériser. Grâce à l'outil informatique, on colorise et monte l'ensemble des images numérisées, on fait les ajustements . Il arrive aussi que parfois, on utilise tout de suite l'ordinateur pour dessiner, par le biais d'une tablette graphique par exemple. Celle ci est un périphérique de saisie, connectée à un ordinateur, qui retranscrit ce que l'on dessine grâce à un stylet sur une tablette à l'ordinateur.

    Pour obtenir un effet de réel, on peut utiliser de nombreux logiciels servant à travailler l'image et améliorer le rendu, plus rapidement souvent sur ordinateur qu'à la main. De plus, les différences entre un dessin animé fait de manière traditionnelle et un autre avec les nouveaux outils technologiques sont minimes. C'est un véritable gain de temps (et donc d'argent) qu'est le renouveau technologique. La 2D numérique est la principale méthode d'animation pour les dessins animés sortis entre 2000 et 2005.
    
    
Ainsi, grâce à cette méthode, le rendu est le même ou parfois mieux, l'ordinateur permet de faire des effets plus ou moins travaillés. La productivité augmente, ce qui est aussi un grand avantage (200 cellulos sont fait en une journée traditionnellement contre 500 avec l'informatique). Les étapes de la réalisation du film sont les mêmes mais le tout est fait plus rapidement et souvent plus simplement. L'informatique marque une révolution non négligeable dans le domaine de l'animation 2D, même si celle ci est "cachée" par la plus grande révolution de l'animation du XIXe siècle : l'animation 3D numérique (en images de synthèse).

Exemple d'animation 2D numérique du film japonais Princesse Mononokée

[La 3D numérique (l'image de synthèse) est traitée dans la partie suivante (2b)]

Rencontre avec Mr Hauss, professeur à l'ecole MJM


     Pour nous éclaircir sur les nouvelles technologies, nous avons rencontrés un professeur d'animation à l'ecole MJM de Strasbourg (école d'arts appliqués), Mr Hauss, qui a eu l'aimabilité de nous acceuillir à son domicile pour parler du sujet. 

     Mr Hauss est un professeur, mais il travaille aussi pour certaines entreprises privées, pour la publicité, le jeux video, ou encore pour certains sites internet. Ses activités sont donc assez diversifiées : il fait de l'animation 2D comme de la 3D, mais aussi des images fixes, pour l'architecture par exemple. C'est avant tout un fan d'animation, quelle que soit la technique utilisée. Pour lui, l'animation n'est pas comme la science, qui en sait toujours plus et s'améliore au fil des années, c'est un art, et l'art n'admet pas de réelle évolution en lui même, il y a juste des tendances, des modes, et de nombreuses techniques qui différencient alors les productions finales. La 3D numérique n'est qu'un outil comme un autre, comme le cellulo, la pâte à modeler, ou les objets d'optiques, cela n'est pas une évolution de l'animation mais une évolution d'un outil qu'est le numérique. Bien sûr, l'outil informatique marque quand même une grande révolution dans l'histoire de l'animation, mais les techniques pour rendre un dessin réel et vivant restent les mêmes depuis longtemps.

     Il nous a montré que l'animation numérique est de plus en plus accessible de nos jours. De nombreux logiciels permettent cette accessibilité grandissante, comme le logiciel Sketch up de Google qui permet de créer son habitation en 3D pour ensuite l'importer sur Google Earth (logiciel permettant de voir la Terre entière, avec la possibilité de faire de grands zooms et de voir le relief de certains batiments). Celui ci est assez "simple", et muni de nombreuses vidéos didacticielles pour en expliquer les bases. Mais les importants logiciels servant à faire de l'image de synthese ou des films sont le plus souvent payant. Cependant, de plus en plus de logiciels sont gratuits bien qu'ils ne permettent pas toujours d'être embauché même si l'on maîtrise très bien le logiciel (comme souvent Blender, très bon logiciel accessible au public mais le plus souvent non reconnu en entreprise).

     Mr Hauss nous a montré quelques demonstrations avec plusieurs logiciels, mais expliquer leur fonctionnent serait trop compliqué. Les techniques d'animation sont aussi complexes et demandent à suivre une formation importante pour les maîtriser pleinement (l'école MJM propose ces formations).

[La vidéo en haut de cette page provient de Mr Hauss, et pour plus d'informations sur son travail et ses productions, je vous invite à consulter son site http://mhauss.com/.]

 Video de démonstration d'un travail réalisé avec le logiciel Blender (gratuit et accompagné d'une aide conséquante) :

 

 Vidéo de démo de Sketch up, le logiciel de Google :

 

Suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site